Aimeriez-vous découvrir
les avantages de devenir
membre de notre coopérative?

LAURIN-FRENETTE, Nicole

1943 - 2017

À l’Hôpital Général de Québec, le 21 mars 2017, à l’âge de 74 ans, est décédée Madame Nicole Laurin-Frenette, fille de feu Donatien Laurin et de feu Gertrude Bernèche.

Une messe commémorative sera célébrée le samedi 8 avril 2017 à 11 h en l’église Ste-Madeleine d’Outremont, 750, avenue Outremont, Outremont.

Selon ses volontés, Nicole sera inhumée à Québec, près de son frère Régis, en présence de la famille immédiate.

Elle laisse dans le deuil sa nièce Ève-Mélanie Allison-Laurin (Denis Asselin et leurs enfants Frédérique, Camille, Marc-Olivier), sa belle-sœur Carmen Allison (feu Régis Laurin); des cousines et cousins dont Anaïk Bernèche et d’autres membres des familles Laurin et Bernèche. Elle laisse également dans le deuil des collègues de l’Université de Montréal, de l’Université du Québec à Montréal, de la Revue Relations, du Centre Bon Jour Toi et de d’autres organismes; ainsi que des amies et amis.

Vos témoignages de sympathie peuvent se traduire par un don à l’Université de Montréal, de l'UQAM, de la Revue Relations : www.bdrd.umontreal.ca ou au Centre justice et foi : www.cjf.qc.ca.  

Coopérative funéraire des Deux Rives
Tél. : 418 688-2411 ou 1 888 688-2411
Télécopieur : 418 688-2414
Pour l’envoi de messages de sympathie :
www.coopfuneraire2rives.com

Partagez cet avis

Écrivez votre message de sympathie ou d'hommage

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.

Votre message sera publié ci-dessous.

7 messages reçus

La famille de Nicole Laurin-Frenette

J'ai connu Nicole Laurin-Frenette à la fin des années 60 au Collège Sainte-Marie et à l'UQAM où elle enseignait la sociologie. Aucun-e étudiant ou étudiante de cette époque n'a oublié Nicole. Avec ses collègues, comme Céline St-Pierre, Gilles Bourque et plusieurs autres, elle nous a insufflé le goût d'étudier et de pratiquer la sociologie. Son intelligence, sa douceur, sa générosité inspiraient. Je lui ai parlé il y a quelques années à peine : toujours aussi présente, accueillante, elle ne nous avait pas oubliés elle non plus. Mes sincères condoléances à sa famille.

Colette St-Hilaire

Colette St-Hilaire, le 3 avril 2017

Nicole Laurin-Frenette

3 avril 2017

Nous étions un groupe d'amis qui dinait avec Nicole à Première Moisson sur la rue Bernard à Outremont. Nicole nous renseignait sur toutes les Fêtes religieuses et leurs significations.
Elle était une véritable bible vivante. Elle s'intéressait à ce qui nous faisions.

Elle aimait son chat comme on peut aimer un enfant en lui apportant de la nourriture en très grande quantité.

Mes sincères condoléances à toute sa famille.

Laurent B. Mondou, ing.

Laurent B. Mondou, le 3 avril 2017

Nicole Laurin-Frenette

Je suis l'autre demie de son nom.
Nous avons parcouru ensemble la formidable voie de nos études universitaires et du stimulant parcours de l'apprentissage de notre vie professionnelle.
Nous nous sommes tenus main dans la main pour avancer dans la vie et aller toujours plus loin. Nicole avait une bonne poigne et tirait au besoin mais toujours avec finesse, délicatesse, tendresse et conviction.
Elle savait marier l'amour et l'intelligence, Montréal-Berkely (pas moi) - Paris, nous avons fait une très bonne route ensemble et avons toujours été disponibles l'un pour l'autre dans nos vies professionnelles distinctes.
Merci Nicole, j'ai une dette envers toi. Tu m'a dédié ta thèse de doctorat et je n'ai pu te rendre la pareille, excuse-moi. J'ai été fier d'être ta demie durant toute ta vie.
Mes condoléances à tous les proches.

Jean-Guy Frenette Grenville-sur-la-Rouge, le 4 avril 2017

Jean-Guy Frenette, le 4 avril 2017

aux proches de Nicole Laurin-Frenette

Je ne connaissais pas personnellement Nicole Laurin-Frenette, mais je tiens à vous adresser mes sincères condoléances. Je suis toujours émue quand les pionnières des études féministes nous quittent, sans que leur décès ne fasse les manchettes, malgré l'importance de leur contribution. Je rends hommage à Nicole Laurin-Frenette qui était l'une des fondatrices de la sociologie féministe au Québec. Ses productions scientifiques sont importantes et je les mobilise pour mon propre travail d'enseignement de la sociologie des rapports sociaux de sexe.

Sandrine Ricci
Sociologie, UQAM

Sandrine Ricci, le 4 avril 2017

Mme Ève-Mélanie Allison-Laurin

Nicole a été une des fondatrices du département de sociologie de l ‘Université du Québec à Montréal en 1969. Nous avons connu et côtoyé une intellectuelle de haute volée (chercheure reconnue et enseignante appréciée) ainsi qu’une militante engagée dans divers combats, féministes et syndicaux en particulier. Vers le milieu des années 80, nos amis sociologues de l’Université de Montréal eurent le bonheur de l’avoir dans leur département, dont elle sera directrice. Deux traits de Nicole ne s’oublieront jamais : sa profonde intelligence des rapports humains et son immense et indéfectible bienveillance. En mon nom et celui de l‘Association des professeures et professeurs retraités de l’UQAM, j’offre mes vives sympathie à sa famille et à celui qui fut sa «demie», Jean-Guy Frenette .
Marcel Rafie, Président, APR-UQAM

Marcel Rafie, le 7 avril 2017

La famille de Nicole Laurin-Frenette

J'ai été une étudiante de Nicole Laurin-Frenette au tout début des années 70, à l'UQAM. Elle est une professeure que je n'ai jamais oubliée. Par son dynamisme, sa patience et sa passion, elle m'a transmis la base de ma compréhension de la société dans laquelle nous vivons.
Mes sympathies à sa famille et ses ami.e.s.

Marie Charbonneau, le 7 avril 2017

La famille de Nicole Laurin-Frenette

J'ai eu le bonheur d'avoir Nicole Laurin-Frenette comme professeur de sociologie à la fin des années soixante, début soixante-dix. C'était une période passionnante et Nicole faisait partie de nos professeurs chouchous, et qui nous ont tant appris: l'histoire du Québec, la rigueur intellectuelle, la pensée critique ! Intelligente, disponible, ouverte d'esprit, -drôle aussi-, elle savait capter notre attention et arbitrer avec doigté les échanges souvent bien animés. Je l'ai croisée à la fin des années '90 et retrouvé non seulement l'intellectuelle engagée mais aussi la femme simple, chaleureuse que nous avions connue à l'époque.
Mes sympathies à ses proches .
.

Marie Julien, le 9 avril 2017

Partagez cet avis

Vous habitez à l'extérieur de la région et vous assisterez aux funérailles ? Réservez un hôtel