Les coopératives funéraires d’hier à aujourd’hui

corbillard1938

Le réseau des coopératives funéraires que nous connaissons aujourd’hui est le résultat de plus de 70 ans d’histoire. Depuis ses premiers balbutiements, la formule coopérative a démontré sa force et sa résilience en multipliant les histoires de succès.

L’effet régulateur de marchés

Bien que la première coopérative funéraire au Québec soit née en 1942, c’est dans les années 1970 que le mouvement prend véritablement son envol réponse à des frais funéraires exorbitants qui obligent les familles à s’endetter pour offrir des funérailles décentes à leurs proches. Nombre de citoyens décident alors de se prendre en main. Grâce aux coopératives funéraires, ils parviennent à se donner des services funéraires à des prix et à des conditions justes et avantageux.

La présence coopérative se fait sentir sur le marché, tant et si bien que vers la fin de la décennie 80, le prix des funérailles au Québec est inférieur au prix de l’ensemble canadien. On a inversé la tendance!

Un patrimoine à conserver

Dans les années 1990 survient une deuxième vague de créations de coopératives funéraires. Cette fois l’objectif est différent : on veut empêcher les multinationales étrangères de faire main basse sur les entreprises funéraires québécoises. La contre-attaque porte fruit et permet d’éviter l’achat par des compagnies américaines de salons funéraires locaux dans plusieurs régions.

Un réseau fort

Les coopératives funéraires ont continuellement cherché à offrir à leurs membres et à la population en général des services de qualité répondant à leurs besoins. Avec 19 coopératives détenues par 220 000 membres, le mouvement des coopératives funéraires constitue le plus vaste réseau d’entreprises funéraires au Québec.

Classé dans : Coopérative funéraire des Deux Rives Publié par : Coopérative funéraire des Deux Rives

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.